Actualités, Informations, Tribune Libre

  • À perpignang Les manifestants étaient nombreux et à l'heure

    A Perpigang : les manifestants étaient nombreux et à l’heure
    (Retour sur la journée de mobilisation du 5 décembre)
     
    Tout d’abord merci.
    Merci à la pluie de ne pas avoir tambouriné trop fort.
    Merci aux forces de l’ordre d’avoir su rester discrètes.
    Merci à monsieur Micro de la Cégète de nous avoir expliqué pourquoi nous étions là (des fois que trop cons nous aurions confondu grève générale et black Friday).
    Merci aux organisateurs de cette belle marche de nous avoir concocté une déambulation aussi originale que triste à mourir.
    Merci à celles et ceux du Conflent, du Vallespir, des Corbières et d’ailleurs d’avoir répondu, en masse, présents (c’est pas tous les jours qu’on est en nombre et qu’on fait une aussi stérile figuration).
    Merci à toutes et tous de votre ponctualité : n’oublions pas qu’il était aux alentours de midi lorsque le cortège de tête rejoignait gaillardement le pont Joffre. (Du coup, les sandwichs aux saucisses n’ont pas eu le temps de refroidir). 
    Alors oui, en un mot comme en cent : merci.
     
    Merci aux organisateurs aux ordres de la préfectance d’avoir réussi cet inédit tour de force : réunir plus de 10 000 personnes à Perpigang pour mieux les neutraliser et invisibiliser. Clair qu’à part quelques rares familles massées sur leur balcon et les étourneaux, y’avait pas grand monde pour nous applaudir. Nous envoyer zoner sur le macadam d’un Vernet dépeuplé, tout ça pour voir deux pompiers craquer des fumigènes en haut d’une passerelle. Il y a avait là un défi à relever. Un symbole à partager. Le graal censé justifier une déambulation chiante et triste, étirant ses molles unités le long d’avenues désertes. Mais qu’on se rassure : l’objectif est atteint et le mobilier urbain sain et sauf. Aucune poubelle n’a été lâchement brûlée ou vitrine insidieusement taguée. Nul commerçant du centre-ville n’aura eu à baisser le rideau. Même les bicoques du marché de Noël ont été épargnées. C’est pour dire qu’on a assuré le steak.
     
    On appelle ça donc une manif responsable. Une manif adulte. Une manif qui gère ses troupes, étouffe les cris de ses dissidents avec son insupportable bande-son. Aux chiottes les hymnes à Guevara et autre Bella Ciao enregistrés ! C’est à nous de mettre en musique nos colères, à époumoner nos slogans, à accorder le violon de nos gueulantes. Une manif c’est d’abord un rythme qui cherche à coordonner ses troupes. C’est des voix qui tout d’un coup s’expulsent de leur carcan et vont se frotter aux nuages ; c’est des jambes qui ajustent leurs indociles galops ; des regards qui se cherchent, se reconnaissent et s’appuient les uns sur les autres.
    Pour ceux qui voient pas de quoi je parle : fallait bouger son cul et se mêler aux Gilets jaunes. Ça fait plus d’un an que les fluos ont liquidé les vieilles pratiques militantes. Et avec quel panache ! Ils en ont pris des coups dans la gueule et pourtant ils sont toujours là. Eborgnés, incarcérés, fatigués, plumés mais toujours là.
     
    Alors camarade, tu la veux ta révolution ?
    Vire ton drapeau, déserte ta chapelle et ouvre tes chakras.
    L’Histoire, la vraie, la sociale, se joue en ce moment sous tes yeux. 
    Et elle est plutôt pressée. Entre les radicalisés de la casse sociale et la fonte des banquises, l’urgence devient chaque jour plus urgente.
     
    Stan Zeguetto

  • Intervention des GJ a weldom argeles

    Bjr. Je ne vois pas de trace de l'intervention des GJ à weldom argeles le vendredi 8 novembre , à part un petit article chez la flamme de l'espoir et même celui-ci semble avoir disparu. beaucoup de GJ ne sont pas au courant.

    Je tiens à souligner l'intéret de cette action, la joie que nous ont exprimée les salariés du magasin ainsi que ceux des autres magasins venus les soutenir, la surprise des clients que nous avons informés devant la porte de la manière dont on considère les ouvriers dans ces boites . Tous ont compris et approuvé immédiatement notre présence, à part la CGT présente quelque peu discrète à notre encontre.

    Là où je veux en venir , et l'intéret de cette action qui s'est faite pratiquement par hasard , que ce ne soit plus le fait du hasard, de la même manière que nous avons donné un n° tel pour les avocats en cas de gav , nous pourrions donner un n° de tel et en cas de problème (et ça ne manquera pas) dans une boite les intéressés appellent, nous nous diffusons par tous les moyens en appelant au soutien , occupation ou autre selon les nécessités ou les situations.

    A un moment ou les patrons ne se gènent pas pour jeter les ouvriers (souvent les moins soumis) nous pouvons envisager des actions très positives contre l'exploitation et vis à vis de l'image des GJ .Là ou les syndicats ne peuvent que défendre les injustices dans le cadre de la légalité ( ils sont payés pour ça: la CGT en 2016 a touché 18,9 millions FO 18,8 millions) tout est dit, le gouvernement fait les lois qui rendent légales les injustices .

    D'autre part nous cherchons des convergences qui nous divisent, autant pour les foulards qu'avec les séparatistes, ce ne sont vraiment pas nos revendications , autant je pense ma proposition sera fédérative parce que nous combattons les injustices et l'exploitation

    José Oliete

  • Connaissez vous l' histoire de San Jordi ?

    Connaissez vous l' histoire de San Jordi ? par François Maurand


    Notre patron, la fête que nous célébrons tous les ans est aussi celle, mondiale, du
    livre, symbole du partage de la sagesse et de l' éducation accessible à chaque humain.


    Notre République est la princesse que nous chérissons, volée et violée par quelques
    uns qui la transforment en dictature bananière. Ils sont le dragons.


    Les forces de l'ordre et le pouvoir judiciaire sont la flamme qui sort du dragon pour
    nous détruire. Pourtant ce feu nous appartient.


    Nous, sommes San Jordi luttant pour la survie de toute la communauté.
    Gilets jaunes, mes amis, mes soeurs, mes frères, combattre comme San Jordi, c'est ça
    notre métier !


    Nous avons vu l'ensemble des images de la vitrine brisée de la permanence du député
    et de la chaise grillée. Nous n'avons pas besoin d'entrer à nouveau dans le palais de
    justice pour l'affirmer :
    Romain tu es un Grau menteur !


    Et nous franchirons le Grau du roi pour faire briller les valeurs humanistes qui sont
    notre héritage universel et véritable.


    Le respect de l'esprit de la loi plutôt que la lettre devenue illisible, incompréhensible.
    Nous sommes considérés comme des blattes, des cafards qu'ils sont capable d'écraser
    du pouce. Cependant la blatte est capable de survivre à une catastrophe nucléaire. Le
    feu qui nous anime est notre force indestructible.


    Nous sommes là pour nos enfants, afin qu'ils aient les moyens de construire la société
    qui leur convient. Nous pouvons seulement les accompagner ; leur montrer les
    fondamentaux et leur fournir quelques outils.


    L'avenir est à eux ! L'avenir c'est eux !


    Pour eux, nous ne lâcherons rien !

  • Pénurie...

    Img 20190712 wa0002

  • Attention!

    100

  • Punition...

    96

INFORMATION IMPORTANTE

En cas d'interpellation, GAV ou questions voici le numéro de la LEGAL TEAM

07 49 12 13 86

Cette équipe vous accompagnera et vous conseillera en cas de problème

Alors notez bien ce numéro et partagez l'info