Politique & Eco n°212 : La dette, les banques et la création monétaire : petit voyage en absurdie

Politique & Eco n°212 : La dette, les banques et la création monétaire : petit voyage en absurdie

Olivier Pichon reçoit Jean-Pierre Chevallier, économiste et animateur du site consacré aux questions bancaires et financières : Chevallier.biz

1) La dette française… UBU roi

– Absurdité et opacité des chiffres officiels
– Les dettes cachées
– Quand la France rembourse ses emprunts avec… des emprunts
– Le coût annuel, intérêts et principal 166 Milliards
– La cavalerie, pratique interdite sauf à l’état.
– Les deux thèses sur la dette : pour les uns ce n’est pas grave, pour les autres, c’est la sécession de paiement à terme
– La crise des Gilets Jaunes, conséquence directe de l’endettement
– Les dettes Allemandes au XXe siècle, elles ne furent jamais payées
– Le traité de Londres en 1953 supprime 62% de la dette allemande
– Le % de la dette française détenu à l’étranger : 53%
– Le curieux bilan de la Banque de France genre usine à gaz : comment ont été financés les 600 milliards de titre détenus par elle ?
– Les Français ne connaissent pas vraiment ce qu’ils doivent

2) De la dette aux banques

– D’autres dettes encore, les garanties d’Etat et les partenariats privé/ public, contre un loyer de financement
– Autoroutes et péages, les Gilets Jaunes instinctivement comprennent le jeu
– Autres dettes possibles, les banques en situation difficile, comme en Grèce à Chypre, en Italie
– L’Etat devra-t-il comme en 2008 porter la main à la poche pour sauver des banques ?
– Le cas de la BNP, première banque européenne, un total des actifs supérieur au PIB français
– Le non respect des règles prudentielles, le leverage soit en bon français, le multiple d’endettement doit inférieur à 10
– Ces banques qui sont montées à 40, aux USA la sanction Lehman Brothers, en France elles demeurent à un niveau trop élevé
– Quelle autorité pour quelle sanction, les banques font la loi.
– Les allers-retours public/privé à la française.

3) La création monétaire, quand certains se prennent pour Dieu

– Une citation de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs
– Circulation n’est pas création à condition de respecter le multiple d’endettement
– Sinon : croissance de la masse monétaire et catastrophes afférentes, hyper inflation (Allemagne 1922), bulles spéculatives (2008) etc
– Relation inverse : monnaie / croissance
– L’exemple de Böhm-Bawerck
– Que penser du scénario furtif de sortie de l’Allemagne de l’euro ?
– L’intérêt des Allemands à rester dans l’euro, le mark risquerait d’enchérir et de pénaliser le mercantilisme allemand
– La dévaluation est-elle une défaite ?
– La variable d’ajustement dans l’euro, c’est l’emploi
– Quelques scénarii de survenue de la crise
– Les solutions radicales (article 16) ne seront pas appliquées

Conclusion : un avenir peu engageant mais déjà engagé et même gagé

 

INFORMATION IMPORTANTE

En cas d'interpellation, GAV ou questions voici le numéro de la LEGAL TEAM

07 49 12 13 86

Cette équipe vous accompagnera et vous conseillera en cas de problème

Alors notez bien ce numéro et partagez l'info